-- [icone facebook] -- [icone facebook]

Partenaires

Aquarius - logo

Québec Cichlidés - logo

Aquanimo - logo

Subaquatique - logo

Aquatropicale - logo

Discus Rive Sud - logo

Historique

Le mot du président fondateur

Chers membres,

Le pas que vous venez de franchir en devenant membre de la Société d’Aquariophilie de Montréal est sûrement le geste le plus positif de toute votre vie d’aquariophilie.

Le but principal de notre société est de faire de vous un aquariophile chevronné. Vous y arriverez, si vous le désirez !

Pour ce faire, votre participation active aux différentes activités tels les conférences, les ateliers, le défi de l’éleveur ou encore la bibliothèque est particulièrement importante.

Depuis ses tout débuts, la Société d’Aquariophilie de Montréal compte, dans ses rangs, des dizaines de membres possédant une vaste expérience, lui conférant ainsi une enviable notoriété.

Ces membres ne demandent qu’à partager leur savoir avec vous.

Le côté social sera également favorisé puisque de vos contacts naîtront de belles amitiés, comme nous tous, vous vous sentirez chez vous à la Société d’Aquariophilie de Montréal.

Denis Croteau
Président fondateur, Déc 92.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Petite histoire de la société d’aquariophilie de Montréal

Par: Denis Henri, revue par Stéphane Sigouin

C’est en 1666 à Strasbourg, qu’un modeste pêcheur, Léonard Bolder, lance l’idée d’utiliser un récipient de verre pour observer à volonté les poissons capturés. Nous sommes loin aujourd’hui de cette époque et de l’aquarium indigène. Depuis, certains facteurs tels: l’utilisation des transports aériens, les progrès techniques, la meilleure connaissance de la biologie et surtout l’accroissement de l’intérêt pour la nature, ont permis que l’aquariophilie devienne à la portée de tous.

L’aquariophilie est plus qu’un aquarium décoratif dans une pièce de son logis, c’est un passe-temps, un art, un moyen de relaxer, une science et même pour plusieurs une passion. C’est pourquoi en 1980 Geneviève Ménard et François Chapleau, membres alors de la Société de Biologie de Montréal, ont eu l’idée de fonder une « section d’aquariophilie » .

Dès ses tout débuts, des gens dynamiques tels: Denis Croteau, Julien Poupart, feu Yvon Labelle et feu Marc Blondin, se sont joints à eux pour organiser et structurer les activités. Au cours des premières années, le soir‚ les mensuelles se tenaient au Pavillon Marie-Victorin de l’Université de Montréal, 90 Vincent D’Indy. Ces rencontres ressemblaient à celles d’aujourd’hui soit : une conférence principale, la pause-café, le « Poisson du Mois » (mini-conférence) un tirage et un modeste encan. L’auditoire se composait d’une vingtaine de novices assis à des chaises munies d’une tablette pour prendre des notes. Les membres n’étaient pas nombreux, mais tous étaient très intéressés et chacun participait religieusement à l’encan et au défi de l’éleveur.

C’est en juillet 1981, que nous avons quitté la Société de Biologie de Montréal, dans le but de fonder une société d’Aquariophilie francophone autonome pour Montréal et la région. L’Aquarium de Montréal accepta de nous prêter l’amphithéâtre du Cirque Marin pour nos réunions. La première soirée à l’Aquarium de Montréal eut lieu en septembre 1981, soir de fondation de la Société et de l’élection du Conseil provisoire. La Société est devenue une corporation le 13 mars 1982, lorsque le ministre des institutions financières du Québec a accepté la demande d’incorporation. C’est aussi en 1982 que les membres ont reçu leur premier journal, le Bulletin de liaison, expédié bimestriellement, ce fut une addition importante à la Société.

Depuis ce temps, les activités n’ont pas cessé. Le journal s’est grandement amélioré en qualité d’impression et de présentation, quant à la quantité d’articles, cela varie dépendamment des membres. Le journal n’appartient pas à l’imprimeur, il reflète l’intérêt des membres de partager leurs découvertes et leurs connaissances.

Un projet de grande envergure fut l’exposition inter-clubs, qui a réuni les trois clubs existants au Québec soit le S.A.M., le M.A.S., et l’A.R.A.Q. Ces quatre expositions annuelles furent sans contredit un succès, à tous les points de vue, attirant des milliers de visiteurs venus pour admirer les centaines de poissons exposés en simple ou en couple et une dizaine d’aquariums représentant les différents continents.

L’exposition inter-clubs fut annulée en 1987. La négociation difficile entre les trois clubs, la distance séparant l’A.R.A.Q. de Montréal, le Cirque Marin n’étant plus disponible à la fin de mai et les nombreuses heures de préparation exigeant des énergies inestimables, furent les principales raisons pour lesquelles l’exposition annuelle inter-clubs due être annulée en 1987.

Le défi de l’éleveur fut pendant longtemps le moteur du club et la principale activité de la majorité des membres. Les aquariophiles ont pu remarquer, chez les animaleries, des changements provoqués par les éleveurs. Les guppies et les poissons rouges ont dû céder plusieurs aquariums aux cichlidés africains. Les importateurs se devaient de satisfaire la forte demande et de distribuer des espèces plus rares et moins commerciales. Le défi de l’éleveur a débuté en 1980 et il serait impensable d’espérer répéter les exploits obtenus depuis lors. Des records tels que:

Julien Poupart ayant obtenu plus de 2000 points et réussi plus de 200 reproductions et il n’est pas le seul digne d’être mentionné.

Quant aux nombres de reproductions, la S.A.M. s’est classée première à plusieurs reprises parmi tous les autres clubs inscrits au F.A.A.S. ; une association regroupant les principaux clubs de l’Amérique du Nord.

Des espèces très difficiles que l’on croyait jusqu’alors impossibles à reproduire ont été réalisées. D’expériences en découvertes, on a su trouver des trucs que les éleveurs ont partagés par le biais du journal, des conférences et des réunions avec les autres membres.

Suite à certaines critiques formulées en 1987 par certains membres, le classement du défi de l’éleveur est remis en question, une restructuration fut annoncée en 1988, espérons que les membres s’impliqueront et participeront à la restructuration afin qu’il en résulte en 1989 un nouveau défi de l’éleveur qui plaira et intéressera tous et chacun.

En novembre 1988, la S.A.M. déjà installée depuis septembre 1981 au Cirque Marin de l’Aquarium de Montréal, déménage au Centre Culturel Georges Vanier.

En plus de la grande salle disponible tous les troisièmes mardis du mois servant pour les réunions mensuelles, la S.A.M. se dote d’un local permanent. Ce local permanent ne permettra pas seulement à la Société d’entreposer le matériel, mais sera disponible en tout temps pour les réunions du conseil, la bibliothèque et les aquariums d’exposition.

En février 1992, nous avons célébré avec succès notre dixième anniversaire en compagnie des clubs Burlington Aquarium Society, l’Association Régionale des Aquariophiles de Québec et le Montréal Aquarium Society.